Chronique d’un camp de réfugiés palestiniens en Syrie

Un Palestinien réfugié à Damas a filmé pendant quatre ans le siège du plus grand camp de réfugiés du pays.

L’histoire des Palestiniens de Damas est passée sous silence par les principaux médias. Réalisé par  Abdallah Al-Khatib, voici un documentaire pour nous rappeler la triste réalité. Entre 2013 et 2015, Yarmouk, le quartier de Damas où vivent les réfugiés palestiniens depuis 1948, est devenu une prison pour ses habitants. Abdallah Al-Khatib, qui y est né, a filmé le quotidien du quartier assiégé par l’armée de Bachar el-Assad. Il montre le combat, la famine, la solidarité, le désespoir. Impossible de trouver de la nourriture, le pouvoir les affame. La population se met à se nourrir de soupe de cactus, qui s’achètent sur le marché. « Je te jure j’en ai mangé hier », insiste le marchand à un client dubitatif. Quand il n’y a plus de cactus, ils préparent de la soupe aux herbes. On racle le fond du verre pour une goutte de café, on cure les bidons de nourriture pour en récupérer quelques miettes.  Le réalisateur et sa mère infirmière assistent impuissants à la disparition des plus faibles. Mais les réfugiés ne comptent pas céder. Une inscription sur un mur résume bien leur état d’esprit : « Vous ne nous exilerez pas de notre camp ». Et pourtant, affamés par Assad, chassés par Daesh puis par l’État islamique, des 160000 habitants que comptaient la capitale de la diaspora palestinienne, il ne reste aujourd’hui que 200 personnes. Abdallah Al-Khatib et sa mère sont aujourd’hui réfugiés en Allemagne.

Enrica Sartori

A voir : Little Palestine (journal d’un siège), Abdallah Al-Khatib, Liban, France, Qatar, 83 mn

Laisser un commentaire