Articles

Quelles propositions pour l’immigration ?

Un rapport très critique sur la politique d’accueil des migrants en France a été publié par une commission parlementaire. Même si les préconisations risquent peu d’être suivies par l’exécutif, elles fournissent quelques pistes à suivre.

Un éditeur en exil

Jacques Schiffrin
Amos Reichman a consacré une biographie à Jacques Schiffrin, éditeur emblématique d’avant-guerre, le fondateur de la célèbre collection La Pléiade. Originaire de Russie, il fut doublement réfugié, en France puis aux États-Unis.

Sur la piste d’un fantôme

Mohamed Mbougar Sarr
Le dernier roman du Sénégalais Mohamed Mbougar Sarr, La plus secrète mémoire des hommes, a été retenu sur les listes de plusieurs prix dont le Goncourt, le Femina, le Renaudot et celui de l’Académie Française… Avec ou sans distinction, il ne sera pas passé inaperçu.

«La fraternité se joue dans les villes»

Etienne Fillol
Une tribune publiée la semaine dernière dans Le Monde révèle l’absurdité administrative qui pousse l’État français à expulser de jeunes majeurs dont il a financé pendant des années le parcours d’intégration. Un des signataires, Etienne Fillol, adjoint au maire en charge des Solidarités et vice-président du Centre communal d’action sociale (CCAS) à Alfortville dans le Val-de-Marne (94), explique la situation des jeunes mineurs isolés et le rôle que peuvent jouer les villes dans l’intégration des étrangers.

Quand l’Etat divise par deux ou trois

passeport visa
Afin d’obliger les pays du Maghreb à reconnaître leurs ressortissants interdits de séjour en France, le gouvernement français annonce réduire de moitié de nombre de visas et pénalise ainsi les familles et les étudiants.

Se frayer un chemin

Kaoutar Harchi
Dans son récit autobiographique "Comme nous existons", la sociologue Kaoutar Harchi, née en 1987, dépeint par petites touches ses souvenirs de jeunesse, qui en disent long sur la vie d’immigrés d’un quartier nord d’une grande ville française. Pour l’écrivaine, ce fut Strasbourg.

« Concernant les réfugiés afghans, moi, je vois des success stories »

maître Cyrine Lamandé
La Cour nationale du droit d’asile (CNDA) a inquiété les associations en annonçant dans un communiqué que désormais les Afghans ne bénéficieraient plus de la protection apportée aux personnes venues de pays en conflit, appelée la protection subsidiaire. Comment fonctionne cette institution ? Pourquoi les Afghans ont-ils un statut particulier ? L’avis d’une défenseuse des Afghans, maître Cyrine Lamandé.